Les Auteurs

Voir les auteurs dont le nom commence par :

A | B | C | D | F | G | I | J | L | M | N | O | P | R | S | T | V | W

Giovanni Falcone

Giovanni Falcone est né à Palerme (Sicile) en 1939. Il s’engage,
en 1979, dans le pool anti-mafia de Palerme et travaille sous la
direction de Rocco Chinnici. Au côtés de son ami, le juge Paolo
Borsellino, il ouvre en 1986 le premier « maxi-procès » contre la mafia
dont l’issue formalisera pour la première fois en Italie « l’existence
de l’association de malfaiteurs de type mafieux ».

Barbora Faure (traductrice)

Barbora Faure est née à Prague où elle a passé son enfance avant de vivre en France. Passionnée par la littérature de la dissidence tchèque, elle se lance dans la traduction dès 1968, d'abord d'ouvrages de vulgarisation naturaliste, puis d'œuvres littéraires.

Florence Ferrandi

Florence Ferrandi réside à Lille Fives et assiste à la transformation de son quartier avec l’apparition de la place publique De Geyter. De 2004 à 2007, elle réalise six séries de témoignages photographiques, Les Métamorphoses, visibles dans le livre A chacun sa place né de sa collaboration avec la journaliste Stéphanie Maurice, paru aux (éditions) La Contre Allée. Plusieurs expositions itinérantes ont eu lieu depuis. 

Roberto Ferrucci

Roberto FERRUCCI est né à Venise en 1960. Journaliste et écrivain, ses romans ont été primé en Italie à maintes reprises.

Carole Fives

Carole Fives est une écrivaine-portraitiste-vidéaste- ancienne élève des Beaux-Arts- chroniqueuse d’art. Elle vit à Lille et partage son temps entre les arts plastiques et la littérature. Pour Quand nous serons heureux, elle a reçu le Prix Technikart 2009, présidé par Alain Mabanckou. Elle est artiste associée des résidences EN APARTÉ 2010, aux côtés de Amandine Dhée et Louise Bronx.

Catherine Foret

Géographe et sociologue, Catherine Foret travaille depuis 25 ans sur la question urbaine. Auteur de nombreuses recherches et études sur la transformation des quartiers populaires, sur le rôle des espaces publics en ville et sur les dynamiques culturelles – en particulier les questions relatives aux mémoires et aux patrimoines urbains, elle est particulièrement mobilisée sur la valorisation des travaux de recherche en sciences humaines et sociales auprès des acteurs de la ville.