Vie de Milena, de Prague à Vienne

Postface de Jan R. Cerny
Direction d'ouvrage Anna Rizzello

 

C'est un feu vivant, tel que j'en ai encore jamais vu.
Franz Kafka, lettre à Max Brod.


Biographie d'une intellectuelle et vision de l'histoire tchécoslovaque

Si, incontestablement, c’est la correspondance de Milena Jesenská (1896-1944) avec Franz Kafka qui l’a fait entrer dans la légende - les Lettres à Milena sont un témoignage saisissant de leur amour - Milena est à elle seule toute une histoire et un personnage attachant qui n’aura eu de cesse de fasciner ses contemporains: brillante, rebelle, généreuse, elle est une journaliste éblouissante, la première traductrice de Kafka en tchèque, temoin incontournable de l'Histoire de son pays entre la chute de l'Empire austro-hongrois (1918) et l'occupation nazie de la Tchécoslovaquie (1939).

 

Une femme à contre-courant

Issue d'un milieu bourgeois, Milena fréquente les cafés littéraires et l'élite artistique pragoise de l'époque - notamment Karel Capek et Max Brod. À Vienne, où elle s'installe avec son premier mari, elle écrit ses premiers articles comme correspondante de presse où déjà elle se démarque par l'emploi d'un ton nouveau et d'un style particulier qui fait vivre le quotidien des rues. De retour à Prague, Milena écrit dans la presse communiste, avant de devenir une ardente adversaire des dogmatiques à la solde de Moscou. Au moment de l'éclatement de la Seconde guerre mondiale, elle soutient plusieurs familles juives dans leur fuite du pays et s'engage ainsi dans la Résistance. Arrêtée par la Gestapo en novembre 1939, elle est déportée à Ravensbrück, où elle meurt en 1944. En 1995, elle reçoit le titre de "juste parmi les Nations" par l'Institut Yad Vashem de Jérusalem.

 

Le Conseil Régional du Nord et du Pas-de-Calais a apporté son soutien à l'édition de Vie de Milena.

 

 

 

Jana Černá

Jana Černá naît à Prague en 1928, de l'architecte avant-gardiste J. Krejcar et de Milena Jesenská, la célèbre Milena de Kafka, journaliste et résistante. Confiée à son grand-père à la mort de ses parents, Jana Černá a suivi des études artistiques. Personnage fantasque à l'existence rocambolesque, elle est l'une des personnalités marquantes de la dissidence tchécoslovaque. Elle meurt en 1981 dans un accident de la route.

Barbora Faure (traductrice)

Barbora Faure est née à Prague où elle a passé son enfance avant de vivre en France. Passionnée par la littérature de la dissidence tchèque, elle se lance dans la traduction dès 1968, d'abord d'ouvrages de vulgarisation naturaliste, puis d'œuvres littéraires.

Extraits

Téléchargement