La sentinelle

Une attention particulière aux histoires et parcours singuliers de gens, de lieux, mouvements sociaux et culturels.

Tombeau de Pamela Sauvage

 

Apprenant l’ existence de capuchons en feutre pour les clubs de golf, Dorothy Parker, poète et scénariste américaine (Hitchcock, Preminger) disait déjà, il y a près de cent ans : « La civilisation a atteint un point de non-retour ».

Dans un monde futur que l’ on devine plus ou moins proche, une voix de philologue commente et observe ce que révèlent d’ un temps révolu, le nôtre, les portraits des 23 existences qui composent le Tombeau de Pamela Sauvage, vestige d’ un outil révolutionnaire que l’ on appelait alors le livre.

Lire la suite...

Frictions

 

« Quand on ne sait pas quelle est la meilleure façon de révéler un secret, on choisit, dans le meilleur des cas, la ligne courbe ; dans le pire, l’ arabesque. Parfois, on en vient même à écrire une nouvelle. »

Lire la suite...

Trouver un autre nom à l'amour

 

« j’ ai souvent pensé que le destin d’ Andrea serait tragique. Il est des gens qui se précipitent aveuglément au cœur de chaque angle imprévu comme pour se réinventer et, assurément, ce sont les suicidaires qui confrontent le plus leur ego à celui d’ autrui. L’ acte de mourir est un droit acquis, tout comme celui de vivre, mais la plénitude qu’il renferme ridiculise toute tentative extérieure d’ analyse. »

L’évocation de l’amour perdu et le voisinage de la mort semblent ici combler le vide d’une existence : celle des somnambules de l’ombre déroulant la spirale qui les occupe. Corroborant la singularité des voies romanesques explorées par Nivaria Tejera, Trouver un autre nom à l’amour est une vaste méditation sur ce mystère qui façonne et ébranle l’être, attise et étaye la pensée, ce jeu secret de la transparence que seul le langage poétique rend possible.

— François Vallée

Lire la suite...

Marco Pantani a débranché la prise

 

« Combien d’ hommes sombrent dans une tristesse torride en cherchant à rattraper leurs rêves qui se brisent dans les drogues ! Je me sens un ex dans tous les sens du terme. J’ ai débranché la prise. »  Marco Pantani


Jacques Josse retrace le destin tragique de Marco Pantani, figure sensationnelle d’un cyclisme aux allures de société du spectacle. 

Marco Pantani  a incontestablement marqué de son empreinte la sphère du cyclisme entre 1994 et 2003. Enfant pauvre devenu cycliste de renommée mondiale, adulé, vénéré, il est vite rattrapé par les chutes à répétition, puis les scandales liés au dopage. Victime d’un système trop grand pour lui et qui l’aura éjecté aussi rapidement qu’il l’avait porté aux nues, Marco Pantani  décède à 34 ans, d’une overdose de cocaïne. Il reste extrêmement présent dans la mémoire collective.

Lire la suite...

Lettres Nomades - saison 4

 

Lettres Nomades rassemble les textes issus de la résidence littéraire organisée par Escales des Lettres dans le Nord Pas-de-Calais.
Des textes ancrés sur un territoire
Avec des auteurs d'origines et d'univers différents, Lettres nomades invite à voyager à travers neuf récits inspirés par leur séjour en Artois. Rassemblant des texte de romanciers, nouvellistes, poètes ou auteurs jeunesse, ce recueil met à l'honneur autant de genres et de styles d'écriture que d'identités culturelles. Un regard sur la création littéraire contemporaine et le travail d'écriture en résidence.

Lire la suite...

La Nuit des terrasses

 

 

« J’ai commencé à fréquenter les bars, donc boire, très tard dans ma vie. Pour une raison très simple, il faut payer après avoir consommé… Aujourd’hui dès que j’arrive dans une ville, la première chose qui me vient à l’esprit, c’est d’aller faire la tournée des bars. Carrefour de toutes les occurrences. Des histoires, aussi banales soient-elles parfois, qui hantent toute une vie. Depuis bientôt une décennie c’est devenu un de mes endroits préférés. Et Dieu sait combien j’en ai fait dans mes voyages. J’ai voulu faire un livre pour habiter, aborder autrement ces vécus…

Lire la suite...

La véritable histoire de Matías Bran, livre 1 : Les usines Weiser

 

Première partie d’une saga familiale qui commence en Hongrie à la fin du XIXe siècle et se termine à Madrid au début du XXIe siècle

Ce premier volet s’étend jusqu’en 1920. L’histoire se concentre sur la Révolution hongroise de 1919, sur les événements qui l’ont précédée et ceux qui lui ont succédé en Europe, par le prisme des protagonistes, un groupe d’ouvriers et ouvrières insurgés de l’usine d’armement Weiser sur l’île de Csepel, à Budapest.

 

Lire la suite...

Vie de Milena, de Prague à Vienne

Postface de Jan R. Cerny
Direction d'ouvrage Anna Rizzello

 

C'est un feu vivant, tel que j'en ai encore jamais vu.
Franz Kafka, lettre à Max Brod.


Biographie d'une intellectuelle et vision de l'histoire tchécoslovaque

Lire la suite...

Tant de larmes ont coulé depuis

 

Un roman sur la mémoire et ses traces, l'oubli et les distorsions historiques, sur les blessures qu'ont laissées les exils, les fuites, les pertes

Lire la suite...

Lettres Nomades - saison 3

 

Lettres Nomades rassemble les textes issus de la résidence littéraire organisée par Escales des Lettres dans le Nord Pas-de-Calais.

Lire la suite...

La Ville sur le divan - Introduction à la psychanalyse urbaine du monde entier

 

Chef d'oeuvre d'humour (...) Un livre indispensable pour préparer les élections municipales !
Frédéric Pagès
- Le Canard enchaîné

Depuis ses balbutiements en 2003, L’ANPU, alias l’Agence nationale de psychanalyse urbaine, a déjà couché sur le divan une cinquantaine de cités patientes (Marseille, Rennes, Angers, Saint- Nazaire, Tours, Alger, Hénin-Beaumont, etc.). Gai luron, corsaire lacanien, Laurent Petit décrypte à grands coups de raccourcis, de jeux de mots, de rapprochements incongrus et de mauvaise foi analogique, l’inconscient de nos cités et quartiers, faisant surgir de ce micmac drolatique bien des vérités de l’inconscient collectif.

Lire la suite...

La Femme-précipice


« Une force, qui rappelle l’énergie de la parole de Federico García Lorca. »

Laurence Breysse-Chanet, lauréate du prix de traduction Nelly Sachs.
Princesse Inca évoque la maladie, et en particulier mentale, qui continue d’être, selon elle, un tabou. Dans une interview du quotidien espagnol El País, elle dénonce une société normalisée où le sujet est à peine abordé.

Lire la suite...

Le Ravin

 

« Aujourd’hui la guerre a commencé. A moins que ce ne soit il y a longtemps. Je ne comprends pas très bien quand les choses commencent […] Pour moi qui ne sait pas penser, la guerre a commencé aujourd’hui, en face de chez grand-père. »

Ce seront les premiers mots lus et traduits par Claude Couffon pour Maurice Nadeau qui publiera en 1958, aux Lettres nouvelles, ce premier roman au ton inimitable, où dans les yeux d’une enfant apparaît brutalement la guerre civile aux Canaries.

Lire la suite...

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain

 

Jeune adulte devenue écrivaine, la narratrice s’interroge sur l’histoire qui l’a façonnée avec laquelle elle doit encore composer aujourd’hui. Elle se remémore les épisodes marquants de sa vie tout en questionnant ses choix les plus récents.
Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain pourrait bien être le parcours d’une émancipation à travers les âges et les usages.

Lire la suite...

Un fil rouge

 

Sous la forme d’un puzzle narratif, Un fil rouge, premier roman de Sara Rosenberg, raconte l’histoire de Julia Berenstein, jeune femme engagée dans l’action révolutionnaire en Argentine, dans les années soixante-dix.
A travers le discours et la perception des personnes qui l’ont connue, le lecteur découvre petit à petit l’histoire des disparus dans un contexte de lutte armée et de « guerre sale ».

Lire la suite...