« Les histoires de fiction surgissent toujours d’un lieu donné. Inventer, c’est fouiller dans ce qui existe, l’exhumer et construire d’une autre manière ce que l’on a trouvé. Le croisement de la réalité et de la fiction. Elles sont presque toujours une seule et même chose. Elles sont sœurs jumelles dans les pages d’un roman. […] Mes romans naissent à partir d’un territoire moral qui est le lieu où je suis né, la maison où je continue de vivre tant d’années après, les personnages qui, avant d’être des êtres de fiction, ont été et sont mes amis de toute la vie. »

Alfons Cervera revient sur les lieux qui sont à la fois contexte, inspiration et personnages de son œuvre.

En introduisant chaque chapitre par une photo d'un de ces lieux, l'auteur confronte réalité et fictions, passé et présent, "vérité" et souvenirs, poursuivant par là-même sa réflexion sur la mémoire, ses distorsions et ses pièges.

 

Genre

Alfons Cervera

Alfons Cervera est journaliste, universitaire responsable du Fórum de debates à l’université de Valencia, mais surtout écrivain, de langue castillane. Poète reconnu autant que journaliste attendu – ses chroniques de presse modèlent l’opinion – c’est surtout comme romancier qu’ il s’est fait un nom, avec une première série de textes publiés à partir de 1984 et, en particulier : son cycle romanesque que la critique espagnole tient pour les plus achevés du paysage littéraire consacré à la mémoire des vaincus.

Georges Tyras (traducteur)

Georges Tyras est enseignant chercheur, professeur de langue et littérature espagnoles contemporaines, directeur d’étude du Master Langues et cultures étrangères, et chercheur au Centre d’études et de recherches hispanistes de l’université Stendhal (CERHIUS - ILCEA) de Grenoble.

Téléchargement