Avis libraires

« J’ai appris à nager dans ce tombeau de rêve, dans une élégie. » Irma Pelatan confesse cette transcendance apprise trois jours par semaine pendant quatorze ans, dans l’aquarium de béton de Le Corbu. La piscine de Firminy-Vert : son ventre de mère. Une eau lustrale pour détourner l’art de la limite et arriver à dire l’indicible. Une eau si vivante pour sublimer le « pantin ridicule » et conquérir la place d’audacieuse. Une eau englobante qui révèle son dessous comme un miroir dansant pour construire sa propre poétique et s’abandonner à une liberté. Peu de mots pour une multitude de regards et d’odeurs. Beaucoup de souvenirs pour un récit persistant.
Librairie Le Square, Grenoble


Corps modulor
À l'heure où les corps changent, où les émotions s'intensifient, où les rivalités naissent, la narratrice nage... Dans cette piscine construite par Le Corbusier, où la norme est celle d'un homme d'1m83, la jeune fille cherche sa place et la natation devient centrale dans sa vie. Ce texte court, intense, se lit comme on nage une longueur de crawl, en sortant la tête de l'eau régulièrement pour reprendre son souffle !
Librairie Les Lisières (Roubaux - Croix) Retrouvez l'avis ici.


C’est une histoire de corps et de piscine. Le corps de la narratrice, corps sportif, « corps changeant, depuis la plus petite enfance, ce corps qui constamment devient, ce corps qui m’échappe ». Et la piscine est la piscine André Wogenscky de Firminy dessinée par Le Corbusier juste avant sa mort. Sport et architecture servis par une langue très efficace qui nous plonge dans une école de la vie.
Jean-Marc, Coup de coeur de la Maison du Livre (Rodez), à retrouver ici.

Pour aller plus loin