Eulalie

Une chronique de Fautine Bigeast dans la revue Eulalie, atualités des lettres et du livre en Nors Pas-de-Calais :

Il diablito, il Elefantino, il Pirata. Les surnoms se sont succédé au gré des coups d'éclat et des changements de look. Leur nombre relativement conséquent trahit à la fois l'étoffe et la popularité de celui qui s'en est vu gratifiés ou affublés, selon l'apprécation. L'olibrius en question, vous l'aurez deviné, n'est autre que Marco Pantani, cycliste coriace, grimpeur fulgurant. Dans son nouvel ouvrage, Jacques Josse se propose de disséquer sa trajectoire éclair, faite de prodiges et d'échecs, de chance et de déveine, entachée aussi de scandales, comme le sont souvent celles des mythes vivants. Disséquer, le terme s'applique parfaitement à son projet, car la chronique qu'il en offre est clinique. Dénuée de sensationnalisme, exempte de toute extrapolation, elle relate de manière purement factuelle les principaux événements qui l'ont transmuée en légende. N'attendez donc pas que la subjectivité de l'auteur fixe votre opinion sur les démêlés du sportif avec la justice. Son point de vue affleure à peine. Mais son écriture imagée éclaire efficacement les stratégies d'équipe qui peuvent rester obscures aux néophytes et révèle, sans esbroufe, ce qu'il y a de grandiose dans l'effort.

Téléchargement