Gravillon

Un bel article de Henri Aubisque sur ce site de passionnés de vélos, daté du 2 septembre :

PANTANI ÉLECTRISE TOUJOURS LES FOULES

La révélation de nouveaux éléments vient de provoquer la réouverture de l’enquête concernant le décès tragique de Marco Pantani, survenu en février 2004 dans une obscure chambre d’hôtel à Rimini. Tant adulé pour ses exploits dans les plus grands cols des Dolomites, des Alpes ou des Pyrénées que décrié pour ses accointances avec la Chose dopante, le frêle grimpeur originaire de Cesenatico continue donc de créer la sensation.

La carrière fulgurante du coureur et le destin tragique de l’homme sont retracés aujourd’hui au détour des 98 chapitres courts et percutants de l’ouvrage publié par Jacques Josse aux Éditions de La Contre Allée. Reportage qui s’aventure sur le terrain de la littérature, Marco Pantani a débranché la prise rend un hommage inédit et baigne, de l’aveu même de l’auteur, dans l’univers de L’échappée de Lionel Bourg (consacré au cycliste luxembourgeois Charly Gaul) et du Tombeau pour Luis Ocaña d’Hervé Bougel.

« En ce 5 juin 1994, il a frappé les esprits. Sa cavale en solo a été suivie en direct par des centaines de milliers de téléspectateurs qui ont vibré en le regardant, deux jours durant, virevolter avec aisance. Il a franchi un cap. Signer un doublé dans les Dolomites n’est pas à la portée du premier venu. Il est désormais deuxième du classement général du Giro et il va le rester jusqu’à l’arrivée à Milan.

Ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il vient d’entrer, subrepticement, dans l’inconscient de nombreux tifosi. On parle de lui comme d’une pépite, un diamant même, qui va briller de plus en plus, et ce dès que la route s’élèvera. » (Chapitre 6)

« Son beau Tour d’Italie ne lui ouvre pas les portes du Tour de France. Celles-ci se referment à nouveau, tout début juin. Les organisateurs en souhaitent pas sa présence. La décision est cruelle. Il ne s’exprime pas mais ses proches le disent écœuré, brisé, déprimé. Bien plus fragile qu’on ne le pense. » (Chapitre 91)

Le monde cycliste, bien qu’il se défende, est accablé par la disparition de ce talent exceptionnel tandis que les Wampas pleurent électriquement l’être. Marco Pantani a débranché la prise.

Découvrir l'article sur le site Gravillon.net ici