Le Point

Les sources d'un géographe. Géographe à l'œuvre monumentale, mais aussi anarchiste, végétarien et naturiste, l'inclassable Élisée Reclus (1830-1905) méritait bien qu'on lui rende un hommage à la hauteur de sa personnalité hors normes. Thomas Giraud a choisi de lui consacrer un premier roman sensible, habité et captivant. Il s'attache à sonder ses premières années, celles où tout se joue ou s'esquisse, cherchant le fantôme de l'homme à venir dans le petit garçon rêveur. Une enfance à l'ombre d'un père pasteur, à l'autorité étouffante (Élisée le décevra en ne suivant pas la même carrière que lui), mais enchantée par une curiosité vagabonde pour la nature et la sensualité infinie du réel.

Thomas Giraud réinvente poétiquement les méandres de cet adepte de l'esprit de traverse et des pensées rebelles. « Il est géographe d'une manière peu orthodoxe, aimant les ruisseaux et les montagnes, les détails dans leur étendue. Il écrit en voulant faire vibrer la terre et ne peut toujours cantonner son lyrisme qui déborde. Selon les points de vue, on dit que c'est un grand savant, un humaniste à la Diderot, touche-à-tout curieux ou bien on le décrit comme un original, confus et dilettante, toujours impécunieux. » Un lumineux dialogue.

Sophie Pujas pour Le Point

Pour lire l'article sur la page web du Point, c'est ici !