Lire

Du papier des pieds à la tête

 

A quoi la vie d'une femme poète ressemble-t-elle en 2018 ? Dans cette série de très courts textes autobiographiques, la Nantaise Sophie G. Lucas ouvre une fenêtre sur quelques-unes des forces vives qui composent son quotidien. Une partie évoque des bribes de souvenirs de se nombreuses lectures publiques et de ses ateliers d'écriture en milieu psychiatrique et carcéral. 

L'autre partie livre le récit d'un voyage à Montréal, puis à New York. Plusieurs fois, elle dit l'incongruité de la condition du poète confronté aux cadres et aux attentes de la vie matérielle : comment être comprise par sa propre mère ? Que répondre au conseiller professionnel qui lui assène "comme tout le monde", de "vouloir acheter des choses", assez "fixée dans la réalité" ? Vêtue de mots et de papier "des pieds à la tête", convaincue de la place irremplaçable de la poésie dans le monde, Sophie G. Lucas creuse les à-côtés, les zones périphériques, les "juste-avant" et les "tout-de-suite-après" de cette existence pleinement vécue par l'écriture et la lecture.

Avec une grande délicatesse, et cette façon si désarmante de faire désobéir l'ordinaire, elle donne à sentir "ce truc d'être constamment à côté de la vie quand on écrit, d'être incapable de faire autre chose, de vivre autre chose."

A toutes les pages s'insèrent les voix d'auteurs avec lesquels elle entretient un rapport d'intense compagnonnage. Entrant en dialogue avec Baudelaire, Kerouac, et l'Alice de Lewis Caroll, elle signe un lucide et poignant éloge de la situation d'auteur (…). 

 

 

Estelle Lenartowicz

Téléchargement