Phoenix

Une chronique de Charles Jacquier dans la revue Phoenix du mois de janvier, extrait  :

"Le prénom de Milena Jesenskà (1896-1944) est mondialement connu pour les lettres que lui adressa Franz Kafka à l'occasion d'une relation amoureuse épistolaire, au début des années 1920. Mais Milena Jesenskà n'est pas seulement un prétexte pour parler de l'auteur de La Métamorphose : l'itinéraire et l'oeuvre de ctte personalité incandescente méritent d'être connus pour elles-mêmes. Deux livres, récemment réédités, le permettent. Le premier, écrit par sa fille qui fit elle-même partie d'un cercle d'artistes et d'intellectuels dissidents et non conformistes de l'underground pragois, en brosse un portrtait sensible et attachant, mais sans concession. Issue d'une famille aristocratique slovaque, Milena abandonne des études de médecine et se marie avec Ernest Pollak, un traducteur d'origine juive, ave lequel elle vit à Vienne. Devenue journaliste en 1920, elle revint à Prague après son divorce. Mariée avec un architechte, Jromir Krejcar, elle s'épanouit dans son travail, mais un accident de ski, alors qu'elle est enceinte, la laisse infirme d'une jambe  et dépendante de la morphine. Devennue communiste, elle travaille pour la presse du Parti, mais le quitte en 1936. Entrée dans la Résistance après l'invasion de la Tchécoslovaquie par le IIIe Reich, elle est arrêtée en novembre 1939 et déportée l'année suivante à Ravensbruck où elle trouve la mort en 1944..."

 

Article complet en pièce jointe.

Téléchargement