Sophielit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amandine Dhée La femme brouillon

08 février 2017

 

« J’ai écrit ce texte pour frayer mon propre chemin
parmi les discours dominants sur la maternité. J’ai aussi voulu témoigner de
mes propres contradictions, de mon ambivalence dans le rapport à la norme, la
tentation d’y céder. Face à ce moment de grande fragilité et d’ immense
vulnérabilité, la société continue de vouloir produire des mères parfaites. Or
la mère parfaite fait partie des Grands Projets Inutiles à dénoncer absolument.
Il m’a paru important de me positionner clairement en tant que féministe parce
que je veux donner un éclairage politique à mon expérience intime.

J ai voulu un texte court. Plus que jamais, j’avais envie de tranchant, d’aigu,
et surtout pas d’une langue enrobante ou maternante. »

Amandine Dhée

Pas une ligne de ce court livre qui ne m’ait parlé. De la
phrase de René Char en exergue « Ce qui vient au monde pour ne rien
troubler ne mérite ni égards ni patience » à la sensation de commettre un
kidnapping au sortir de la maternité, j’aurais voulu tout avoir écrit avec elle
– peut-être parce que ce sujet est ma préoccupation du moment, et aussi le cœur
de mon prochain roman.

La femme brouillon est une pépite. Tout y est juste et
remarquablement senti. La plume d’Amandine Dhée se tient en équilibre sur un
fil, entre fragilité et détermination. Un livre que chaque lectrice devrait
offrir à toutes ses amies, et aux pères des bébés de ses amies.

 

 

Si vous désirez lire le billet sur le site Sophielit, cliquez ici !

 

Pour aller plus loin