2015 : L’ écrivain et le traducteur ou la joie du passeur

Résidence D'un pays l'autre

Avec D'un Pays l'Autre, la Contre Allée prolonge son travail sur la traduction, initié l'année dernière avec le premier cycle d'événements qui a eu lieu en octobre 2015.
Alors même que le traducteur œuvre à la réception d'une littérature étrangère en faisant entrer dans notre espace culturel des œuvres venues d'ailleurs, il demeure un travailleur de l'ombre souvent méconnu du public. Son rôle dans l'échange culturel est pourtant fondamental : il rend possible la rencontre avec la parole d'un autre absent, tout en se portant garant du respect et de l'intégrité de cette parole.
Les résidences visent à favoriser la rencontre entre  les lecteurs que nous sommes, professionnels du livre, enseignants ou étudiants, grand public, et ces professionnels qui se trouvent être eux aussi des lecteurs, certes privilégiés, d'une œuvre ou d'un auteur, avant d'être des ré-écrivains.

Description

 

L’ écrivain et le traducteur ou la joie du passeur 

Le lecteur idéal, c’ est le traducteur. Il est capable de disséquer le texte, de le dépiauter, de trancher jusqu’à la moelle, de suivre chaque artère et chaque veine et puis de mettre sur pied  un être vivant entièrement neuf. Le lecteur idéal n’ est pas un taxidermiste. Alberto Manguel 

Le traducteur est-il le « lecteur idéal », l’intermédiaire capital d’ un pays vers l’autre ? Si la traduction est une négociation des différences, le rôle du traducteur apparaît essentiel pour bâtir la rencontre entre les cultures. En présence de traducteurs et d’écrivains, un dialogue à plusieurs voix pour éclairer les rapports qui se nouent entre un écrivain et son traducteur, et le rôle de ce dernier en tant que « passeur de frontières ».

Avec Anne-Laure Brisac éditrice et traductrice / Roberto Ferrucci écrivain et traducteur / Joanna Batorjournaliste et écrivaine / Joanna Olech auteure pour la jeunesse, illustratrice, graphiste et journaliste / Margot Carlier traductrice, conseillère littéraire aux éditions Actes Sud.


La fabrique éditoriale ou le choix de la traduction

Pour la leçon de lecture, ce jour-là, ma grand-mère avait choisi, dans une version à l’ usage de la jeunesse, le passage du Don Quichotte où se déroule la bataille contre les moulins. Elle me demande si je savais dans quelle langue avait été écrite cette histoire. J’ hésitais, elle me souffla la réponse, l’ espagnol. Sa question en préparait une autre. Et dans quelle langue venais-je de la lire, cette histoire ? En français, pardi. Ainsi, petit sorcier, reprit-elle, tu viens de lire en français une histoire écrite en espagnol ? Ce jour-là, elle venait de me révéler un monde que je n’ aurais pu nommer encore mais qui serait désormais le mien. Hubert Nyssen

Pourquoi une maison d’ édition décide t-elle de consacrer toute ou une partie de sa production éditoriale aux œuvres traduites ? Comment choisit-on les auteurs et les livres qu’ on décide de publier, comment choisit-on le bon traducteur ? Quels sont pour un éditeur les risques propres à la traduction d’ un auteur encore inconnu du public, dont les sujets traités ne trouvent pas un écho immédiat dans la culture et la langue d’ arrivée ? Et comment et pour quelles raisons fait-on ce travail de sensibilisation ?

Avec Isabella Checcaglini éditrice (éd.  Ypsilon) / Jovana Petrovic éditrice (éd. Lettr’ange) / Dimitri Vazemsky éditeur (éd. Nuit Myrtide), auteur et plasticien / Dorota Hartwich éditrice (éd. Format) et traductrice polonaise / Benoît Verhille éditeur (La Contre Allée)


Tables rondes modérées par Anna Rizzello, traductrice et éditrice aux éditions La Contre Allée.

 

Cette rencontre a été conçue par les éditions La Contre Allée en partenariat avec la Direction des Relations internationales et le réseau des bibliothèques de la Ville de Lille, Lille 3000, la Meshs, l'association Libr'Aire, la ville de Wrocław et Wro 2016 à l’ occasion de l’ événement « Lille-Wrocław : à la découverte de la littérature polonaise ».

La Contre Allée reçoit le soutien de la Drac, du Conseil régional du Nord Pas-de-Calais, du département du Nord et de la Ville de Lille pour son programme d’activités.

Intervenants

Roberto Ferrucci

Roberto FERRUCCI est né à Venise en 1960. Journaliste et écrivain, ses romans ont été primé en Italie à maintes reprises.

Margot Carlier (traductrice)

Margot Carlier est spécialiste de littérature polonaise, enseignante de langue et de civilisation polonaise à l’université Jules-Verne à Amiens, conseillère littéraire aux éditions Actes Sud. Depuis sa rencontre, déterminante, avec Hanna Krall, elle a traduit pratiquement tous ses livres. En 2009, elle a reçu le Prix Amphi pour la traduction de Gottland de Mariusz Szczygieł (Actes Sud).

Anne-Laure Brisac (traductrice)

Anne-Laure Brisac est responsable éditoriale à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA). Elle est traductrice de grec moderne (littérature contemporaine : romans et théâtre) et d’anglais (essais en histoire de l’art, revue Histoire de l’art, Perspective, actes de colloque…)

Sur internet

Page dédiée sur le site de la MESHS ici

enregistrement en ligne ici

Téléchargement

Contributions Vous pouvez enrichir le fonds de ressources en nous envoyant tout document