Les Eclaircies 2010

Résidence Les Eclaircies

Couvercle de bidon et texte de Robert Rapilly

Les Eclaircies sont des balades littéraires, poétiques, sensibles et imaginaires conçues par un auteur.

Suivant le fil des mémoires, le « guide » éclaire des espaces choisis du quartier  de Fives à la découverte de son architecture bien sûr, mais également de sa mémoire, de sa naissance et de son devenir... de la vie des hommes qui ont fait et marqué son histoire en parabole de l’ère industrielle. 

Description

Pour cette première Éclaircie, les (éditions) La Contre Allée ont demandé à l'auteur Robert Rapilly d'écrire sur une découverte : En 1890, des ouvriers de Fives-Cail partis construire le chemin de fer en Argentine ont fondé le village de Fives-Lille rebaptisé depuis Vera-Y-Pintado.

Depuis l'automne dernier, Madeleine Sergeant et Marielle Leroy ont mené l'enquête depuis Lille. Elles ont contacté des témoins, recueilli des archives, traduit des textes, des lettres.

Suivant ce fil des mémoires, Robert Rapilly a écrit tous les textes affichés aux fenêtres du quartier de Fives à Lille, pendant la manifestation "Les fenêtres qui parlent". Il poursuit son travail d’écriture en proposant plusieurs visites guidées dans le cadre des Journées du patrimoine 2010.

Pour cette première Éclaircie, Robert Rapilly propose une balade littéraire et imaginaire en cours d’écriture qui fait le pont entre deux histoires bien réelles : Fives-Lille en Argentine, rebaptisé depuis Vera y Pintado et le quartier de Lille-Fives.

Des textes de fiction aux couleurs argentines viendront s’insérer dans des lieux bien réels empreints de ces histoires croisées. Ces promenades uniques évoluent au gré des choix et de l’humeur des visiteurs.

 

A propos de El Ferrocarril

« 1888 - « El Ferrocarril de Santa Fives », ou la préparation du voyage de Manuel Mauraens pour Santa Fe à partir de Lille.
Manuel Mauraens, ouvrier promu ingénieur, s’apprête à gagner l’Argentine. Il y supervisera les travaux de la ligne ferroviaire Santa Fe–Tucuman. On suit Manuel à l’affût des livres de son temps, des comptes-rendus industriels, des articles de presse et d’encyclopédies, des photos, gravures, croquis et plans.
Source précise et précieuse, il correspond avec Conrad Claeys, collègue de la Compagnie de Fives-Lille, qui l’a précédé là-bas en 1883 pour y installer une raffinerie de sucre.
Par allers et retours successifs, le récit alterne épisodes vécus en France et visions d’une Argentine promise. Trempées au réel d’un siècle de fer et de feu, les intuitions, conjectures, anticipations – tout un cheminement mental – revêtent une forme poétique.
À l’ombre tutélaire des maîtres oulipiens, l’auteur s’est attaché à donner à son écriture une précision digne des techniques de la révolution industrielle.
»
Robert Rapilly

 

Intervenants

Robert Rapilly

Robert Rapilly écrit de la poésie depuis l'enfance.  Il anime des ateliers d'écriture avec l'association Zazie Mode d'Emploi, et dirige dans la Manche un festival oulipien : Pirouésie. Il écrit sans relâche et imprime parfois lui-même ses poésies aux Éditions du Camembert ou chez LaProPo, Laboratoire de Procrastination Potentielle.

Madeleine Sergeant

Delphine Sekulak

Téléchargement

Contributions Vous pouvez enrichir le fonds de ressources en nous envoyant tout document