Zenobi – Malakoff

Je sors de la lecture de "Tea Rooms", 

Editions La Contre Allée

bouleversée par cette plongée aux côtés de femmes vendeuses et serveuses dans un salon de thé, dans Madrid des années 30. L'écriture de Luisa Carnés est impressionniste, elle procède par touches délicates et esquisse finement les images qui donnent vie à ses personnages. L'impression d'avoir vu un film se dérouler sous mes yeux. Une écriture très moderne d'une journaliste et romancière de la Génération de 27 (Federico Garcia Lorca, Rafael Alberti...) qui émerge de l'oubli, accompagnée de la belle traduction de Michelle Ortuno. Les femmes à qui L. Carnés donne vie sont confrontées aux bas salaires, à une hiérarchie méprisante, à des conditions de vie où partriarcat, religion et misère impriment leurs dures empreintes sur les corps et les esprits. Et pourtant la révolte gronde et les discussions politiques côtoient des propos frivoles, dessinant de manière émouvante le quotidien des personnages. A découvrir à partir du 9 avril.