Direction d'ouvrage Anna Rizzello


On meurt généralement parce qu’on est seul, ou parce qu’on est entré dans un jeu trop grand. On meurt souvent parce qu’on ne dispose pas des alliances nécessaires, ou parce qu’on est privé de soutien. En Sicile, la mafia frappe les serviteurs de l'État que l'État ne parvient pas à protéger.
Giovanni Falcone


Publié pour la première fois en 1991 et rapidement épuisé, cet entretien unique du juge Giovanni Falcone paraît quelques mois avant qu’il ne soit assassiné le 23 mai 1992. Témoignage exceptionnel de ce héros discret de l’Italie contemporaine, l’entretien constitue son testament spirituel.
Une réédition essentielle car Falcone fut le premier à déchiffrer les modes de fonctionnement, les valeurs, les finalités et les codes de langage de Cosa Nostra. Une remarquable et magistrale leçon de sémantique mafieuse : « La mafia système de pouvoir, articulation du pouvoir, métaphore du pouvoir, et pathologie du pouvoir. La mafia système économique, depuis toujours insérée dans les activités illicites particulièrement fructueuses et susceptibles d’une exploitation méthodique. La mafia qui devient État dans les terres où l’État est tragiquement absent. La mafia qui, dans ce monde-là, apparaît comme un modèle plein d’avenir…»

Il y a un livre que quiconque s’occupant de la lutte anti-mafia devrait relire au moins une fois par an. […] Un ouvrage qui ne fait pas son âge, tellement il est actuel et stimulant - Tano Grasso, président honoraire de la Fédération italienne de lutte contre l’extorsion.


France : Tirage à 50 000 exemplaires, coédition N°1 et Austral,1991 et 1992.
Italie : Vendu à plus de 800 000 exemplaires en vingt ans, ed. Biblioteca Univ. Rizzoli, 1991.
Également édité en Espagne, Allemagne, Angleterre, Russie, Roumanie, Japon et République Tchèque.

 

Giovanni Falcone

Giovanni Falcone est né à Palerme (Sicile) en 1939. Il s’engage,
en 1979, dans le pool anti-mafia de Palerme et travaille sous la
direction de Rocco Chinnici. Au côtés de son ami, le juge Paolo
Borsellino, il ouvre en 1986 le premier « maxi-procès » contre la mafia
dont l’issue formalisera pour la première fois en Italie « l’existence
de l’association de malfaiteurs de type mafieux ».

Marcelle Padovani

Marcelle Padovani est née en Corse. Licenciée en philosophie,
diplômée de Sciences Po et docteur en sciences politiques, elle débute
sa carrière de journaliste à l’Express, puis travaille au Nouvel
Observateur et devient correspondante en Italie.

Extraits

Téléchargement